Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

voyage

  • Vue d'Edimbourg

    Si je devais résumer le penelopegate en un mot, je dirais probablement : yeurk. Et si c'était en trois, je dirais sans doute : yeurk, yeurk et reyeurk. J'en ai encore parlé récemment avec quelques personnes, à l'occasion d'un voyage de groupe à Edimbourg. Et de toute évidence, la banqueroute de Fillon est un séisme pour le pays tout entier. Je crois que les politiciens n'ont pas encore pris la mesure de l'événement. La sphère politique suscite depuis longtemps une certaine aversion. Des gens comme Trump l'ont bien compris et exploitent à fond cette carte pour arriver à leurs fins. Pour autant, il y avait encore une certaine confiance. Mais l'affaire Fillon a été la goutte d'eau. L'écœurement qui se bornait à une frange de politiciens a changé d'échelle. Je le vois partout autour de moi : les gens ne les supportent plus. Il y a avant tout le côté symbolique de l'affaire. Que ce politicien qui a mis en avant sa droiture ait finalement subtilisé des sommes pareilles n'est pas seulement cynique : cela remet en question l'ensemble de la sphère politique. Pourquoi ? Parce que si le meilleur d'entre eux est en fait un escroc, que sont alors les autres ? Mais il y aussi la réponse de nombreux politiciens durant cette affaire qui était particulièrement choquante. La communication stupéfiante de la droite a nettement aggravé ce sentiment d'iniquité. NKM, Accoyer, Fillon lui-même : chaque réponse apportée par leurs soins a fait des ravages bien pires que l'affaire elle-même ! Le prendre de haut ? Parler de perte de temps à propos de l'enquête ? Pointer du doigt la gauche ? Ces gens ont agrandi la brèche à chaque mot qu'ils prononçaient plutôt que de la colmater ! Bien entendu, on pourrait penser qu'il ne s'agit que d'une énième affaire de corruption. Mais ce qui se passe là est bien plus important, d'après moi. C'est allé trop loin. Fillon a imposé sa campagne sur sa moralité autoproclamée, il s'est forgé une image de recteur inébranlable. Voilà pourquoi il ne sombre pas seul : il coule toute la droite avec lui. Nous n'avions vraiment pas besoin de ça. Sinon, j'ai bien apprécié ce voyage de groupe à Edimbourg. Les discussions sur Fillon étaient très fougueuses, mais l'ambiance a été excellente tout au long du séjour. Voilà l'agence par laquelle je suis passé, si vous vous sentez d'humeur à voyager.