Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

La situation des migrants en Hongrie

En 2016, les caractéristiques du système d’asile hongrois ont poussé un certain nombre d’autres pays européens à se prononcer contre les renvois en Hongrie, voire dans certains cas à recommander purement et simplement la suspension des transferts au titre du règlement de Dublin. Le pays a continué de placer des demandeurs d’asile en détention, sans appliquer les garanties indispensables pour veiller à ce que cette mesure soit légale, nécessaire et proportionnelle. En juillet, la Cour européenne des droits de l’homme a conclu dans l’affaire O.M. c. Hongrie que la rétention d’un demandeur d’asile gay portait atteinte au droit de l’intéressé à la liberté et à la sécurité. Elle a jugé que la Hongrie n’avait pas procédé à une évaluation individuelle pour justifier la rétention du requérant, ni tenu compte de la vulnérabilité à laquelle il était exposé dans son lieu de détention en raison de son orientation sexuelle. Le gouvernement a dépensé plus de 20 millions d’euros en campagnes de communication pour dépeindre les réfugiés et les migrants comme des criminels et des menaces pour la sécurité nationale. En octobre, il a organisé un référendum national sur son opposition à la relocalisation de demandeurs d’asile en Hongrie dans le cadre d’un dispositif concernant toute l’UE. Faute d’une participation suffisante, ce référendum a été invalidé. Avec la Slovaquie, le gouvernement a contesté devant la Cour de justice de l’Union européenne la légalité de la décision du Conseil européen relative aux quotas de relocalisation. L’affaire était en cours à la fin de l’année. En novembre, le Comité européen pour la prévention de la torture a publié un rapport sur les centres de rétention pour migrants et demandeurs d’asile dans le pays. Il a constaté qu’un nombre considérable d’étrangers, dont des mineurs non accompagnés, déclaraient avoir été victimes de mauvais traitements physiques de la part de policiers. Le gouvernement a rejeté ces allégations.

Les commentaires sont fermés.