Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

  • Cuisiner avec un grand chef

    Il ne faut jamais dire jamais. Dernièrement, j'ai suivi un cours de cuisine en cuisine. Ca peut vous sembler sans intérêt, à première vue, mais il faut savoir qu'à une époque, la cuisine faisait pour moi partie de ces trucs que Dieu n'aurait jamais dû créer (avec les dessous de verre, les fleurs, et l'Eurovision). La seule idée qu'on puisse passer plus de cinq minutes (par semaine) en cuisine me semblait insensée ! Les plats de Marie, à cette époque, étaient mes compagnons de tous les instants. Et puis pour je ne sais quelle raison, j'ai essayé de m'y mettre. Peut-être est-ce le souvenir des bons petits plats que cuisinait ma mère, qui étaient un tantinet supérieurs aux barquettes toutes prêtes de chez Marie. C'est ainsi que j'ai commencé à cuisiner, et pis que tout, j'ai aimé ça. Et ça a été le contraire. J'ai bien conscience que je suis toujours loin d'être un pape de la gastronomie, mais je peux quand même dire que j'aime cuisiner. Je ne sais toujours pas pourquoi j'aime cuisiner. Mais j'imagine que ça me détend, après une longue journée de travail. Il n'y a selon moi rien de mieux que de faire une julienne pour se détendre ! Le fait de devoir être consciencieux permet d'écarter les problèmes de travail... Si vous êtes un fidèle des plats micro-ondes, je vous conseille par acquis conscience d'essayer de cuisiner. que c'est un phénomène de fond.  D'ailleurs, on le avec des émissions comme Un dîner presque parfait. Des émissions comme celles-là me paraissaient complètement idiote, avant. Pourtant, maintenant, je les suis passionnément. Parce qu'il est loin, le temps où je suivais les recettes au mot près. Aujourd'hui, je passe mon temps à imaginer de nouveaux plats. Alors, qu'est-ce que vous attendez pour vous lancer dans l'aventure ? Si j'ai pu apprendre à faire un hachis, c'est que tout le monde peut s'y mettre ! Tenez, je vous mets le lien vers mon atelier de cuisine, pour ceux que ça intéresse... :) Plus d'information est disponible sur le site de l'organisateur de ce ce cours de cuisine à Paris. Suivez le lien.

  • Algérie – après le pétrole

    Trente ans après la nationalisation des hydrocarbures, la richesse pétrolière accumulée semble avoir disparu tant elle est absente des indicateurs d’évaluation du bien-être. En Algérie, elle a fait le bonheur d’une minorité et la tristesse de la majorité. L’absence de contrôle exercé sur la rente pétrolière a conduit à sa dilapidation. Depuis 2002, le pays a renoué avec la richesse pétrolière. L’envolée du prix du baril, bondissant de 30 à 147 dollars entre 2002 et 2008, lui a procuré des revenus extérieurs inespérés qui lui ont permis de se doter de réserves en dollars estimées en 2009 à 150 milliards. Rapatrié pour restaurer la paix civile dans une Algérie dévastée, Abdelaziz Bouteflika a bénéficié de la montée inattendue et inespérée du prix du baril de pétrole. Ainsi, au-delà de la réconciliation nationale, il a pu offrir à l’Algérie un nouvel envol économique. Mais, alors que les drames de la décennie 1990 ne sont pas entièrement pansés et que les illusions de la richesse pétrolière se sont évaporées dans les méandres de la précarité, ce retour inattendu de l’abondance financière ne manque toutefois pas d’inquiéter. A quoi la manne va-t-elle servir ? Qui va la contrôler ? Va-t-elle provoquer ou entretenir à nouveau violence et conflits ?